Centre de Chirurgie de la Main Paris-Ouest

Contactez-nous 01 47 89 46 36

Maladie de Quervain



L'ETIOLOGIE


C'est une inflammation douloureuse d'un tendon et de sa gaine synoviale soit une ténosynovite. Elle siège au poignet, dans le prolongement du pouce sur la styloide radiale. A cet endroit deux tendons, le court extenseur et le long abducteur qui permettent d’écarter le pouce et à la main de s'ouvrir passent dans un tunnel ostéo fibreux. Ces tendons coulissent en principe librement dans ce tunnel enveloppés dans une gaine qui les lubrifie : la gaine synoviale. Le calibrage précis n’est plus respecté soit du fait de la rétraction du ligament, soit le plus souvent du fait d’une irritation de la gaine synoviale ,le tendon ne coulisse plus très bien, et un cercle vicieux se met en place, la gaine très sensible s'enflamme, le tendon s’étiole et dégénère c'est la ténosynovite.


LES SYMPTOMES ET DIAGNOSTIC


La patiente (c'est le plus souvent une femme) a mal quand elle écarte le pouce et quand elle serre quelque chose.
C'est une douleur qui part de la base du pouce et qui remonte au bord du poignet, parfois jusqu'à l'avant-bras. On la provoque aisément en appuyant sur le tendon et le poignet, en bas du radius, à l'endroit du petit tunnel. C'est d'ailleurs souvent gonflé sur ce trajet.
Aucun examen n'est nécessaire au diagnostic. Une radiographie est cependant systématique pour éliminer une pathologie associée ou différentielle (recherche de calcifications ou d’exostose).


LE TRAITEMENT


Il est avant tout médical

Il ne faut pas laisser la maladie s'installer : elle a tendance à devenir fidèle… et handicapante.

Le traitement médical repose sur l'immobilisation dans une "orthèse", un appareillage souple et amovible qui immobilise le pouce. Les douleurs disparaissant lors de la mise au repos des tendons.

On lui adjoint des anti-inflammatoires et parfois de la rééducation (massages, ultrasons).En cas d’échec ,certains font une infiltration dans la gaine du tendon sachant que les corticoides in situ sont très efficaces mais peuvent provoquer une rupture tendineuse.

Traitement chirurgical

Si le traitement médical n'a pas donné de bon résultat après 3 à 6 mois d’évolution.

C'est une intervention simple, sur le bord du poignet, avec une incision de 3 à 5 cm. On la pratique en général sous anesthésie loco régionale en n'endormant que le bras.

Elle consiste à agrandir le tunnel pour empêcher le frottement, ce qui fait disparaître la douleur ; la gaine synoviale étant généralement pathologique, on l’enlève pour éviter la récidive.

La cicatrisation se fait en une quinzaine de jours, la disparition des douleurs est en règle acquise dès la première semaine post opératoire. La reprise complète des activités est possible dès la 2ème à 3ème semaine.